Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 19:03

5 ETOILES

(Note exceptionnelle - Philosophie de vie)

Le-sens-du-bonheur-Krishnamurti-copie.JPG

 

                            Vous ne devez pas, vous ne pouvez pas continuer à vivre sans lire cet ouvrage, et tristes mourront ceux qui ne l'auront pas lu...

Basé sur des notes prises au cours de ses conférences en Inde et aux États-Unis, et sur les réponses données par l'auteur aux questions posées par un auditoire étudiant, ces 300 pages sont à lire et à relire: on y trouvera un merveilleux soutien à notre vie de chaque jour, à nos états d'âme, et peut-être des réponses à nos questions sur l'approche du bonheur - qui n'est pas compris dans le prix de ce livre ! - mais ...


Krishnamurti a écrit un nombre considérable d'ouvrages, tous orientés sur la philosophie de vie, celui-ci étant le plus connu.

 

Le titre, accroche vendeuse ciblée "femme mûre en mal de vivre", est en réalité, traduit de l'anglais: "Écoutez ces choses-là"...(en vente chez "Nature & Découvertes", près du rayon huiles essentielles, c'est tout dire); et chacune ou chacun, quel que soit son âge, son appartenance sociale, politique ou religieuse y trouvera une aide précieuse, qui sait pour vivre plus heureux, c'est en tout cas ce qu'espère l'auteur.

 

Selon Krishnamurti, nombre d'entre nous sont sujets à différents types de peurs, entretenues par la société tout au long de notre vie, et qui, obstruant notre mode de pensée nous cachent la vérité :

- La peur de nos gouvernants et de leur système répressif

- La peur de nos employeurs sous la menace chômage et pauvreté

- La peur de déroger aux traditions entretenue par la pression familiale (règles établies, rang social)

- La peur de l'échec scolaire, entraînant celui du devenir

- La peur de Dieu, raison d'être des religions et entetenue par elles


Observons la naissance, le cheminement et l'incrustation tenace de ces peurs au sein de notre esprit - sans chercher à le contraindre : observons seulement ce qui se passe en lui lorsqu'elles surgissent ; ces peurs peuvent alors se minimiser en notre esprit dès lors que l'on en prend conscience et qu'on les connaît.

Libérés de ces peurs, l'amour peut alors exister et se développer en nous, dans une connaissance de notre esprit et de nous mêmes que nous n'avions pas. Il n'y a pas d'amour véritable possible ni de bonheur possible en présence de ces peurs.


Mais la société a elle-même instauré ces peurs pour nous dominer et faire de nous des moutons dociles, dès le premier âge par l'éducation, qui nous aprend à devenir et non à être, qui nous emplit l'esprit de connaissances nous permettant de participer à la société établie, emprisonnés dans une case allouée ; en aucun cas l'éducation ne nous apprend à penser, ni à nous découvrir nous-mêmes, ni à découvrir par nous mêmes aucune forme de vérité autre que celle qu'elle professe - celà pourrait menacer la pérennité de cette société aux règles établies.


Le milieu familial, à travers les traditions ancestrales et le rang social vient conforter cette éducation étroite exclusivement ciblée sur le devenir.


Fléau des plus redoutables, les religions divisent l'homme et sanctifient la violence, préparant un terrain de domination craintive excluant la vérité, terrain des plus favorables à l'établissement des gouvernants, fussent-ils dictateurs. Ce fléau là n'est cependant qu'un chiffon de papier aisément inflammable - bien que puissant encore : l'humain se prosterne encore et toujours devant des idoles manufacturées, qu'elles soient d'or ou de bois précieux, idoles qui ne sont pas Dieu lui-même...Dieu est ailleurs, Dieu n'est pas cet être terrifiant créé par l'homme pour écraser l'homme et brider son esprit -  si toutefois la vérité nous apprenait son existence...

 

Ainsi préparés, mariage, famille, travail, patrie feront patiemment le reste, dans la crainte permanente de ne pouvoir assurer la pérennité de ce que nous croyons être la vie...

 

Sans blaguer, vous devriez lire ce bouquin...

 

(Existe aussi en "mini-format", nouveauté surprenante au papier "cigarette" tenant dans la main, et demeurant ouvert une fois posé...)

 

JCP

 


Partager cet article

Repost 0
Publié par JCP (n'adhère pas à Fesse-bouc) - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

JCP (n'adhère pas à Fesse-bouc) 06/03/2012 09:06


Comme un tableau décroché du mur, le bonheur ne laisse trace que de son absence...


Remarqable bouquin sinon, que je relis dans la foulée.


Bises, JC

Martine 05/03/2012 05:53


Bonjour Jean-Claude,


 


Je ne crois pas au bonheur mais à une suite de petits bonheurs que l'on enfile comme un collier de perles. a la vie de la vie, espérons que le collier sera long.


c'est vrai que l'on nous moule dans bien des peurs pour nous tenir.


Bises de bonne journée


Martine

  • : Littérature, Poésie,Humour, Haïku, Nouvelles, Écriture, Lectures, Incursions bouddhistes
  • Contact

La Chanson Grise

"Rien de plus cher que la chanson grise
Où l'Indécis au Précis se joint."

Paul Verlaine

Rubriques